Un Musée (de théâtre)

Un Musée (de théâtre) est une installation participative internationale théâtrale et photographique qui invite les visiteurs à réaliser leur portrait, en associant une photo d’un XXème siècle à nos jours vidéoprojetée et un ou plusieurs mots. Un photographe réalise leur portrait.

This project is inspired by Heiner Müller’s play Hamlet-Machine. This text is about the History of the XXth century and especially about the history of the communist dream and its collapse. It gives also tools to question the present time. The project resonates through time and the various continents that we have met. The installation is an attempt to include, in the lapse of a snapshot, each person’s individual story into the Great History.

In each country visited, pictures representative of the local history and society are introduced into the photographical album proposed to the visitors. A reahearsal of the text in the local language is recorded with two local actors and broadcast as an off voice. Performances are realised in collaboration with performers in each country visited to question the meanings of the text by Heiner Müller in the place visited.

On the border between theatre, dance and visual art, this installation enables the participants to reveal their generosity, sensitivity and creativity.

This project has been created in Schauspielhaus in Freiburg in Germany then has opened its doors 16 times in France, India, Canada, Sweden, Korea, Cambodia and Romania. Traces of former editions are an integral part of the project : portraits of the visitors, sound recording of Hamlet Machine in various languages, teasers of performances realised in the set with international performers. Thus the various editions resonate between them, drawing a kind of sensitive and political cartography around the world.

CAST

Concept: Clyde Chabot
Conception Scénographie : Annabel Vergne

COVID-19

Le flux sera limité de 20 à 30 visiteurs selon la taille de l’espace et les visiteurs seront munis de gants pour manipuler les mots plastifiés, désinfectés après chaque utilisation.

CALENDAR

Aucun events prévu pour le moment.

+ See all dates

DOSSIER ARTISTIQUE FR
DOSSIER ARTISTIQUE EN
TECHNICAL SHEET

ÉDITIONS

EXTRAIT DE “HAMLET-MACHINE”, DE HEINER MÜLLER

« Des machinistes, à l’insu de l’interprète d’Hamlet, installent un réfrigérateur et trois postes de télévision. Bruit du réfrigérateur. Trois programmes sans le son.

Le décor est un monument. Il représente, agrandi cent fois, un personnage historique. La pétrification d’une espérance. Son nom est interchangeable. L’espérance ne s’est pas réalisée. Le monument gît sur le sol, renversé trois ans après les funérailles nationales de celui qui fut haï et vénéré par ses successeurs au pouvoir. La pierre est habitée. Dans les spacieux orifices du nez et des oreilles plis de la peau et de l’uniforme de la statue démolie s’est nichée la population pauvre de la métropole. A cette chute du monument après un temps convenable succède le soulèvement. Mon drame, s’il avait encore lieu, aurait lieu dans le temps du soulèvement. »

PRESS EXCERPTS

“Parlant de sa collaboration avec Erich Wonder, Heiner Müller aimait dans le travail de ce dernier l’élaboration « d’espaces dans lesquels les textes reposent et peuvent travailler ». Or l’installation de Clyde Chabot relève davantage des arts plastiques, permettant de déployer une œuvre sur 3 dimensions, voire sur 4 puisqu’elle ne néglige pas le temps et en particulier l’exposition de la « cyclicité » de l’histoire chère à Heiner Müller.
Sophia Rieu, Action parallèle, 4 novembre 2017

“Une installation participative qui s’enrichit de son nomadisme perpétuel. Clyde Chabot l’a imaginée à partir de la pièce Hamlet-Machine d’Heiner Müller, réécriture libre de la pièce de Shakespeare à l’aune du XXème siècle et de ses heures sombres. Ainsi, l’oeuvre en mouvement sans cesse ré-exposée de Clyde Chabot agit-elle comme un palimpseste venant démultiplier le texte palimpseste de Müller.”
Marie Plantin, Pariscope, septembre 2017

“Dire que cette installation est interactive serait un euphémisme. Sans engagement total de la part des visiteurs, elle resterait lettre morte. Mais le risque est proche de zéro. Le principe est si limpide et stimulant qu’on n’hésite pas un instant pour se balader entre les bribes de texte disséminés au sol. Tous sont tirés de Hamlet Machine de Heiner Müller. Il suffit d’en choisir un ou plusieurs par lesquels on exprime quelque chose de son ressenti face à soi-même. A combiner avec une photo représentant le réel du monde actuel, pour s’y inscrire avec son corps et les citations choisies. On participe à la création d’une oeuvre collective (…) brillamment insérée dans un paysage humain, urbain ou fantaisiste.”
Thomas Hahn, Micro Cassandre, février 2010