Fille de militaire édition scénique #2

Dans ce duo, le texte de Clyde Chabot et la musique composée par Eryck Abecassis, les sons de ce dernier et la voix de la première peuvent se rejoindre ou s’opposer pour proposer une relation de dualité entière. La complexité sensible des créations sonores d’Eryck Abecassis et son écoute des mots crée un environnement inspirant, propice à la prise de parole. Ses sonorités peuvent aussi mettre la voix en danger, l’envahir, la transformer.

Eryck Abecassis développe explore les potentialités d’une guitare électrique double-manche reliée à un synthétiseur modulaire.

Des objets sonnants ont été choisis en commun avec Clyde Chabot pour percuter l’instrument ou le faire vibrer plus secrètement : jets de mitraille, vibrations de feuilles d’or, percussions de baguettes métalliques… ces objets font naître des cordes une musicalité particulière, à la fois dense et légère, inquiétante et belle, propice au texte, à l’émission de la voix. Une note tenue, qui vient et revient, se complexifie, insiste, se prolonge au-delà du raisonnable, se fait presque oublier… avant de réapparaitre transformée. Ses compositions sont suffisamment ouvertes pour qu’adviennent les mots et leurs résonances ; les silences aussi que contient l’écriture peuvent y être entendus.

Les sonorités d’Eryck Abecassis font naître des espaces imaginaires, des prolongements inattendus de l’écriture, des contrepoints à la parole. Le traitement de la voix dont il propose à la lectrice de s’emparer librement permet que, sur certains fragments du texte, les sons et la voix se rejoignent différemment. Et parfois, presque, le chant, pourra prolonger la voix parlée.

DOSSIER ARTISTIQUE

DISTRIBUTION

Texte, conception et jeu : Clyde Chabot
Regard extérieur : Stéphane Olry
Composition musicale : Eryck Abecassis
Lumières :
Iannis Japiot
Régie : Jérôme Baudouin
Photographie : Marc Plançon

COVID-19

Lecture performée en webinaire

AGENDA

+ Voir toutes les dates

EXTRAIT DE PRESSE

“Dans le cadre de la neuvième édition du Festival Bruits Blancs à Anis Gras, Eryck Abecassis élaborait en direct sur un canevas précis défini à l’avance avec la metteuse en scène sa “noise music” dense et complexe sur une guitare électrique double manche, posée à l’horizontal sur une table. Tout de noir vêtu, muni d’un archet ou d’une baguette, dans une attitude de concentration intense, il transformait ainsi à l’envi son instrument hybride tantôt en instrument à cordes, tantôt en percussion, pénétrant le texte de sons saturés, sourds, prégnants et inquiétants.”

Par Marie Plantin, Remue.net, 27 janvier 2020 

Action financée par la Région Île-de-France, avec le soutien de la SPEDIDAM*

*LA SPEDIDAM est une société de perception et de distribution qui gère les droits des artistes interprètes en matière d’enregistrement, de diffusion et de réutilisation des prestations enregistrées.