SICILIA

La Sicile, cela fait longtemps que les aïeuls de Clyde Chabot l’ont quittée pour rejoindre la France, via la Tunisie. L’auteure-metteure en scène recompose les pièces éparpillées d’un puzzle que seul son imaginaire pourra parvenir à compléter. Les noms d’Agrigente, Palerme et autre Messine constituent dans cette perspective de piquants stimuli. Un morceau de fromage italien ou un drap brodé… étranges madeleines familiales que Clyde Chabot partage à table avec le spectateur.

Ce récit interroge aussi la migration, intimement et collectivement, et ses conséquences, hier, aujourd’hui : quitter sa culture, sa langue pour tenter de se fondre dans une société d’accueil, la société française. Jusqu’à l’oubli et la dissolution presque totale de ses origines. Presque. Les spectateurs sont réunis autour d’une grande table dressée, comme s’ils étaient les membres de sa famille.

DISTRIBUTION

Texte, conception et jeu : Clyde Chabot
Regard extérieur et scénographie : Stéphane Olry
Production : La Communauté Inavouable
Editions : Les Cygnes

AGENDA

+ Voir toutes les dates

EXTRAIT DE TEXTE

« Entreprendre le mouvement inverse. Reconstruire. Réunir. Tenter de.
Avec des bribes de mémoire transmises. Peu de choses.
Quelle est cette culture sicilienne dissoute sans laisser de traces ?
Qu’est-ce qui la constitue ?
Entreprendre un voyage non pas pour découvrir des territoires inconnus mais pour donner corps et espace à des noms de villes entendus depuis l’enfance : Palerme, Messine, Agrigente. Et ce nom de village ajouté par ma tante depuis : Cugnio qui serait le village originaire de mon grand-père.
Pas de papiers pour vérifier cela. L’incendie chez elle a tout détruit. Toute trace. A moins qu’un document puisse encore être retrouvé ici ou là.

EXTRAITS DE PRESSE

« À la recherche du temps perdu, Clyde Chabot essaie de répondre au travers de ses interrogations à la question essentielle à laquelle chacun de nous est, un jour, immanquablement confronté : qu’est-ce qui fonde l’ « identité » des migrants que nous sommes ? Et sa quête, sensible et fine, est devenue la nôtre. »
Yves Kafka, Inferno-magazine.com, février 2013

« La mise en scène et le dispositif scénographique visent à une mise à nu, un théâtre de l’intime à la fois cérémonial et convivial. En bout de table, notre hôte : Clyde Chabot. A sa manière, délicate, pudique, à mi-chemin entre le dedans et le dehors, l’émotion tenue et l’humour jamais loin. » Marie Plantin, Première.fr, octobre 2011

« A la fois invité, visiteur et spectateur, chacun sent une impalpable communauté poindre. Presque une fin de repas entre amis où quelqu’un révèle une histoire secrète. » Mari-Mai Corbel, septembre 2011